fr en
Ouverture Station - Été : :
03/07/21 au 27/08/21
Veuillez choisir ce que vous recherchez. Veuillez choisir le nombre de personnes.
Veuillez choisir votre date d'arrivée. Votre date d'arrivée est incorrect. Veuillez choisir votre date de départ. Votre date de départ est incorrect. Votre date de départ est antérieure à votre date d'arrivée.

Les 30 ans de la station
de Sainte Foy Tarentaise

Petite perle au milieu des géantes, Sainte-Foy fête ses 30 ans.

Un terrain de jeu immense équipé de façon raisonnée, des hameaux anciens préservés, une nature à portée de main et de spatules : Sainte-Foy révèle la face secrète des montagnes de Tarentaise. Née de la volonté opiniâtre des habitants de la commune en 1990, la station du Natural Ski ® symbolise aujourd’hui une aventure unique qui n’en finit pas de dessiner ses traces.

Le Jeu des 30 ans

30 bougies se cachent dans le plan des 30 ans de la station de Sainte Foy, téléchargez l’illustration  et retrouvez-les ! Coloriage disponible à l’office de tourisme.

A l’époque des concours et des skis en bois

1888
L’hôtel le Monal accueille les premiers visiteurs touristiques. Cet ancien relais poste diligence vit le jour à Sainte Foy Tarentaise en 1888 et perdure depuis 6 générations.

1920
Les premières descentes à ski sur des pistes improvisées, à cette époque, la descente est méritée : on monte à pied, on dame avec ses pieds, skis sur l’épaule.

hiver 1957-58
Création du téléski du Baptieu et démarrage des entrainements pour les membres du « ski club US La Tarine ». Les entraineurs sont Guy Arpin, lui-même entraineur de Jean Claude Killy et fabricant de ski chez Rossignol et son frère Michel Arpin en équipe de France entre 1954 et 1956.

1960
En 1960, les mutations dans le domaine économique, l’abandon des activités traditionnelles et les risques d’exode rural amenèrent la municipalité de Sainte Foy à envisager la création d’une station de sports d’hiver sur son territoire afin de créer des emplois et de retenir les jeunes au pays. Divers projets furent alors à l’étude.

Le premier projet de création de station de ski voit le jour dans les années 60’, avec une projection sur le vallon de la petite Sassière de Sainte Foy, vaste site ouvert particulièrement propice à l’implantation de lits touristiques et sur le versant français du Ruitor (glacier mitoyen avec l’Italie) .

Malgré deux années d’études menées par des Suisses  qui seront suivies des premières études techniques au début des années 70, le projet n’aboutira pas, la création de la route d’accès fut  le frein principal.
Ce fut Foglietta qui fut choisi en 1975 dans le cadre du « Plan neige ». On envisagea alors de créer une station autour de Sainte-Foy et de la relier par téléphérique au Planay-Dessus puis aux Charmettes d’où seraient partis les téléskis. C’est finalement sur les secteurs de Bonconseil et de Plan-Bois, plus à l’Est, qu’en 1982, il fut décidé d’implanter la station de Sainte-Foy.

1970-1971
‘Miroir 2000’, ou l’histoire d’une station le feuilleton culte en 13 épisodes tourné à Ste Foy, dont les droits ont été rachetés à l’INA par France Montagne.

1970-1975
Création du Syndicat d’Initiative présidé par Armand Empereur, accompagné par Annick Recordon, René et Guy Gonthier,  et édition des premiers dépliants touristiques et on note dans cette période, et ce, bien avant la naissance de la station, un engouement pour la pratique de l’héliski.

1983
Le Film  ‘La trace’ de Bernard Favre, avec  Richard Berry, nommé aux Césars du Meilleur premier film. Les Santaférains jouent les acteurs de cinéma pour les séquences tournées à Sainte Foy dans le village Monal.

1987 Classement du hameau du Monal
En raison de son grand intérêt architectural, historique et paysager, le hameau du Monal à Sainte Foy Tarentaise, est protégé en tant que site classé au titre de la loi du 2 mai 1930 (décret du 22 juillet 1987). Le site couvre une surface de 90 ha et est inclus dans la zone périphérique du parc national de la Vanoise. En application de la protection par classement, toute modification de l’aspect des lieux est soumise à autorisation du ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, ou du préfet.

« SAINTE FOY J’Y CROIS », le projet d’une station

Années après années, les élus ont toujours maintenu le souhait de faire une station sur leur commune. C’est Daniel Pascual, 78 ans aujourd’hui, élu en 1987 à l’âge de 35 ans,  et plus jeune maire du canton à l’époque, qui prend à cœur et porte avec une énorme ténacité ce grand  projet, avec un parcours non sans difficultés et surprises…
Peu importe, il est motivé les extraordinaires possibilités qu’offre cette immense commune de 11 000 hectares, qu’il estime manquer d’attraits et dont la population baisse progressivement.
« On avait entre les mains un projet de domaine skiable à équiper sur environ  8 000 hectares soit Val d’Isère et la moitié de Tignes… »

Tout était difficile. On avait ‘tout contre’. Dans la commune il existait des groupes écologistes soixante-huitards qui prônaient des idées de retour aux sources et en même temps, tous les services de l’état estimaient que l’idée d’une nouvelle station de ski n’était pas bonne et nous incitaient plutôt à un tourisme doux. Mais, un tourisme doux, suppose ‘pas de rentrées d’argent et pas d’emplois’… » souligne l’ancien Maire Daniel Pascual.
Daniel Pascual porte donc le projet avec son conseil municipal et dépose le dossier UTN pour la station de Sainte Foy tarentaise. Le dossier est accompagné d’une charte architecturale composée d’un cahier de prescriptions architecturales, préconisant la hauteur et le style  des ouvrages ainsi que les matériaux traditionnels autorisés (bardage bois, façades en pierre de pays, toits en lauze et des colonnes qui supportent les avancées de toits).

On a ouvert sans autorisation…

Décembre 1990, Sainte Foy ouvre ses trois télésièges et l’exploitation la première année est confiée à la S.T.A.R. (Sté des Téléphériques de l’Aiguille Rouge/ Les Arcs). Malheureusement, l’autorisation U.T.N. (Unité Touristique Nouvelle)  pour 11 remontées mécaniques et 82 000 m² de SHON sous forme de ‘droits à construire’ est immédiatement annulée par le tribunal administratif la veille de l’ouverture, du fait d’un recours déposé par le CAF (Club Alpin Français).

« Vous avez 3 remontées mécaniques dans la nature sans autorisation… à moins de se battre il n’y avait pas de solution »… précise Daniel Pascual, l’ancien maire « Puis tout a été bloqué pendant un an, à 1 an et demi… »

Le cahier des charges est un petit peu contraignant, mais le résultat est magnifique.

Il y avait à l’époque beaucoup de gens qui n’y croyaient pas…. Par la force des choses et comme on ne voulait pas faire une très grande station, on a voulu faire différemment et mis en place la charte architecturale, sur les conseil des architectes en place : André Tornassat, Mr Davoise, et René Fracher pour l’atelier Plexus.
La  Z.A.C. de Bonconseil est créée (Zone d’Aménagement Concertée) et la commercialisation des droits à construire et confié à la S.A.S. (Société d’aménagement de la Savoie)  dès le départ, en 1990.

« Il s’agissait de ne pas refaire ce qui s’est fait ailleurs, mais bien de garder  une construction de chalet de montagne. Ce n’était pas un rêve puisque cela s’était déjà fait ailleurs. Mais, ce qui était impossible à l’époque, c’était plutôt de surmonter les services de l’Etat !  On s’en est très vite aperçu et on a commencé à louvoyer ».
Les élus qui m’ont succédé se sont occupés après mon départ à rechercher des promoteurs immobiliers et à développer la station. Certains furent contre, mais ils furent bien obligés de prendre en main ce projet qui n’était pas le leur au départ.
Sainte Foy, c’est une station différente par sa taille et remarquable par la préservation de la nature qui a été menée. Ce qui me satisfait aujourd’hui, c’est l’objectif atteint, et pouvoir travailler et vivre au pays. Ce n’est pas un exploit extraordinaire, mais on l’a fait . A l’époque c’était un challenge, un vrai pari, de plus les banques étaient frileuses pour le projet.
La première année 1 000 lits étaient prévus mais les promoteurs au vu des évènements et d’une conjoncture difficile ont vite fait demi-tour malgré les permis déjà déposés. »

L’atmosphère de la première saison de l’ouverture était  inédite

Décembre 1990
Ouverture de la station avec 3 télésièges pinces fixes successifs : Grand Plan, Arpettaz et Aiguille, de 1500m à 2620m, un téléski sur le front de neige, un petit fil neige à plan bois.
« Le premier jour j’ai pris mes ski je suis allé faire un tour sur les pistes, c’était un peu… folklorique. Aucune piste n’était bullée ! Au col de l’Aiguille c’était du hors-piste total. Les premières années, il y  avait très peu de clients et peu de réservations aussi, mais on s’est accrochés ».

Les premiers skieurs venaient pour le hors-piste
Comme une trainée de poudre, la notoriété des pentes de Sainte Foy traverse la vallée et bien plus loin… moniteurs et guides de la vallée choisissent Sainte Foy pour skier pendant leur temps libre. On se souvient de jeunes skieurs suédois et norvégiens qui séjournaient  chez nous de longues semaines, juste pour ‘rider’.

C’est l’époque de la Limace (l’ancienne école de la Bataillette transformée en gîte) tenue par David Vincent, le pionnier du snowboard et précurseur du freestyle , l’époque des montées à Plan Bois en chenillette à la nuit, du vin chaud qui coulait à flot pour attirer les bus et les écoles de ski, les ski-club régionaux… puisqu’on avait pas de lits à l’époque !

Les premiers constructeurs

1990 / 1992
Construction des premiers chalets de Guy et René Gonthier et de la résidence « Les Charmettes »  avec René Arpin et Guy Marmottan et  Pierre Revial,
suivi d’Alain Chaudan avec le gros chalet Bella Comba en 1995. La station compte 300 lits en 1992.

– Ouverture du restaurant  la Maison à colonnes (Lorette et René Arpin), de la première école de ski ESF (Yves Empereur) avec 11 moniteurs diplômés formés par le club des sports.

A Plan Bois aussi, sur les pistes, deux restaurants d’altitude accueillent les premiers skieurs :   ‘Chez Léon’ avec Jackie Empereur et ‘Les Brevettes’ avec Nicolas Empereur sa grand-mère Odette qui avait pour habitude de redescendre au village…  en luge !!

De 1990 à 2009 : rénovation du cœur de l’ancien village de Bonconseil dessus. « La Brenze » qui sera le premier chalet rénové.

1994
Construction du « Yellow Stone Chalet » par Nancy et Jean Claude Tabardel, l’un des plus grandiose de la station.

Janvier 1995
2ème tranche de la SCI Les Charmettes

De 1995 et jusqu’en 2005, le Néerlandais Dirk Koperdraat construit un premier gîte et les chalets Combe,puis  le ‘Gîte de Sainte Foy’ dans l’opération ‘Virage’ (aujourd’hui White Eden). Suivront les chalets du Mt Pourri, la résidence le Rocher et les balcons en 3 tranches, dotés d’un magnifique SPA et restaurant.

L’envolée des années 2000

En 2000, l’arrivée du promoteur M.G.M. accélère de façon significative  le développement de Sainte Foy qui devient  alors « the place to be ». Sainte Foy s’ouvre alors à une nouvelle clientèle  internationale attirée  par le cachet particulier de cette jeune station familiale sans artifices..

Dans un contexte économique très porteur marqué par des investissements massifs réalisés sur le territoire français par nos confrères d’outre-manche, Sainte Foy  rencontre un succès inespéré appuyée par une poignée de pionniers déjà installés au village de Sainte Foy …
Le bouche à oreille fonctionne bien.

« On pourrait dire que ce sont les anglais qui ont participé au lancement car près des 3/4 des appartements ou des chalets MGM ont été achetés par des anglais. »

« Aujourd’hui, quand ils arrivent, les visiteurs sont frappés par la beauté de Sainte Foy. Côté domaine skiable, toutes les pistes ont été faites dans les règles de l’art en respectant la nature. La particularité de cette station c’est sa taille, et son développement maitrisé, tant pour l’habitat que pour les pistes. »

Quelques dates

1990
Dépôt d’un recours au tribunal administratif pour « non-respect de la loi montagne », par un vice de forme déniché dans le dossier UTN (Unité Touristique Nouvelle).

Suivra une période intense de conflits et de manifestations hautes en couleurs, et la suspension de tous les permis de construire pendant quelques mois (entre 6 mois et un an). L’association « Vivre et travailler en montagne » se crée, avec 425 membres dont tous les maires de la Tarentaise.
Les accords sont finalement trouvés avec le Club Alpin Français.

1991
A partir de décembre 1991 jusqu’à mai 1996, l’exploitation du domaine skiable est confiée dans les mains  d’Alain Anxionnaz dit ‘Santé’ qui dirige aussi la société COMAG à Bourg Saint Maurice.  S.R.M.S.F. (Société des Remontées Mécaniques de Sainte Foy)

1992
Le 3ème Tronçon qui était réservé jusqu’alors aux très bons skieurs est remodelé et les engins de damage peuvent alors accéder au sommet du domaine, le niveau passe du noir free ride au rouge avec une belle piste de l’Aiguille, très accessible.

1996
– reprise de l’exploitation des Remontées Mécaniques en Régie communale directe.

1999
Ouverture du premier  « Chalet club enfant » qui accueille les tout petits pendant que les parents skient.

2000
-Construction par MGM des chalets individuels ‘Les Fermes de Sainte Foy » en contrebas de la station.
– 1ère tranche des « Fermes de Sainte Foy » à côté des Charmettes

2002
– Rénovation de l’ancienne école de la Bataillettaz.

2001 à 2010
–  Construction de nombreux chalets SOTARBAT dont le chalet « The Peak » par la Sotarbat qui sera pris en gérance en 2015 par Première Neige.

2005
– Construction par MGM de la Résidence de Tourisme CGH **** Les Fermes de Sainte Foy.

2004
Création de l’Office de tourisme associatif, du club enfants actuel  ‘Les Petits trappeurs’  et du local du ski club.

2006
Mise en service du Télésiège 6 places débrayable des Marquises

2009
La Batailette :
Construction par la Sotarbat de la Résidence de Tourisme Le Ruitor**** pour Abelardo Mato d’Inverexpan.

2010
Première : homologation de la piste de l’Arpettaz en FIS qui accueille désormais sur son stade  des courses FIS ‘Citadines,  Internationales,  Ecureuils d’or, Les Championnats de France minimes,

2010 à 2020 : Construction des chalets Venture Ski, Black Diamond sur le secteur de Bataillette.

2009
Pompage réalisé au Clou et installation de toute l’épine dorsale du réseau de neige de production sur le domaine skiable.

2011
La gestion du domaine skiable est confiée sous la forme de D.S.P. (délégation de service public) à Loisir Solutions (SFTLD Sainte Foy Tarentaise Loisirs développement) pour une durée de 15 années.

2011
Construction du complexe La Chapelle, en deux tranches par la SOTARBAT qui confie sa gestion au groupe  mmv (résidence de Tourisme mmv – L’Etoiles des Cimes****)

2013 – Remplacement du Télésiège pince fixe 4 places Grand Plan par un télésiège débrayable 4 places.

2013
Malgré de nombreuses négociations avec le ministère du  de l’Environnement , menées par Raymond Bimet (Maire de 2002 à 2014) et son conseil municipal, le vallon du Clou devient « site naturel classé » par arrêté ministériel du 25 Mars 2013. Il ne sera définitivement plus possible d’équiper le vallon par des remontées mécaniques.

2020
– Construction de Grand Bois (résidence principale ou saisonnière) et de la résidence MGM Les Fermes d’Eugénie, livraison 2021
– Remplacement du TSF4 de l’Arpettaz par un Télésiège Débrayable 6 places.
– Arrivée d’une nouvelle équipe de direction pour SFTLD

Un monde à part

Aujourd’hui Sainte Foy est  une station de toute beauté qui répond aux attentes d’une clientèle en quête de valeurs, de sens et de naturalité affichant une beauté à couper le souffle dans un cadre naturel très préservé. Par ses différents atouts Sainte Foy c’est un véritable « monde à part » :

Sa situation géographique
Au cœur de la haute tarentaise aux portes du PNV  et des plus prestigieux domaines skiables d’Europe : Tignes, Val d’Isère, les Arcs, la Plagne,…

Sa taille
Petite station piétonne qui partage une énorme convivialité et un bien être assuré. Quand vous séjournez à Sainte Foy, vous n’êtes pas un inconnu, vous vous sentez bien.

Une extraordinaire skiabilité
Des pistes de ski à l’échelle de la station dotées d’un excellent enneigement.
Le mix :   des retours d’Est sur les versants Nord et Ouest, une exposition Nord-Ouest, moins de soleil certes, mais plus de froid, ce qui favorisera la production de neige qui sera stockée par sécurité.

Natural Ski
Une approche de l’espace skiable et la promesse de devenir un bon skieur, tout terrain toutes neiges, encadré par un professionnel de la montagne, guide ou moniteur

Sainte Foy posée au cœur d’un patrimoine naturel à couper le souffle avec plus de 14 sommets à plus de 3000 mètres.
Encerclée par le Parc de la Vanoise, les sites classés du vallon du Clou et du Monal, La réserve naturelle de Villaroger,  la vue du Mont Pourri, et le massif  du Turia et ses glaciers, et un extraordinaire panorama à 360° depuis le col de l’Aiguille.

Son  patrimoine bâti est encore très présent,
avec le village classé du Monal ou encore les hameaux du Miroir et de la Mazure. La station reprend les codes architecturaux du patrimoine local, sous la forme de gros chalets cossus conçus pour traverser confortablement les hivers les plus rigoureux.

Nous entretenons l’avenir de demain,
Les projets 2021-2024 :

·         réflexion sur la reconfiguration du front de neige pour une meilleure accessibilité pour les enfants et les écoles de ski.

·         Avec 100% de son domaine équipé au-dessus de 2 100 mètres et une moyenne de 55% de piste équipées sur la totalité du domaine, Sainte Foy ne relâche pas ses efforts et poursuit d’années en années les travaux d’amélioration et de développement du réseau de neige de production. A l’étude actuellement, un projet de retenue colinaire qui permettra  à terme de gagner une autonomie pour les besoins en eau de la neige de production et anticiper les besoins.

Les Evènements

Pub !

Promotion

Remerciements à Guy Gonthier qui nous a ouvert ses archives toutes ses archives qui ont été re-phographiées et numérisées.
Remerciements à Nathalie Grand -Arpin pour ses images d’archives ‘les débuts du ski’.
Photographie des archives : Anne Marmottan pour Sainte Foy.